Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:00

Tout à l'heure, alors que je remerciais mon cerveau d'avoir décidé, le matin en partant bosser, de me mettre des claquettes aux pieds (en lieu et place des habituelles chaussettes / baskets very trop sexy), mais qu'à la pause déjeuner, je le maudissais de m'avoir collé un jean sur les fesses (au sens propre -ou pas- du terme) ;

Alors que la Polette me faisait une parfaite imitation d'une poêle à frire, scène dans laquelle j'étais apparemment préposée au rôle de l'oeuf (je vous laisse deviner quelle partie du corps a joué le bacon), vas-y essaie toi aussi de conduire sans toucher le volant au risque d'y rester collée ;

Alors que je faisais la queue à la Poste pour envoyer un colis, au milieu d'autres gens en sueur, avec des poussettes, devant un sourd qui se plaignait de sa locataire ("4 mois de loyer de retard, y'en a qui s'en font pas, et pourtant izont des aides hein, izont que ça, eux, alors que moi, je paie des impôts, madame, c'est la faute à Sarko"), une vieille dame qui essaie de te gruger, un clochard qui gueule en entendant parler de Sarko et, surtout, les gens qui te marchent dessus en pensant faire avancer plus vite, sous prétexte qu'il y a 20 cm de libres devant toi, dans une chaleur étouffante MAIS avec un ventilateur qui souffle (Agir au quotidien pour vous faire revenir demain) ;

Alors, il y avait cette dame, juste devant moi, avec sa poussette et, à côté d'elle, haute comme trois pommes, sa petite fille, un adorable bout de chou qui me faisait de grands sourires grimpant jusqu'à ses couettes. 3 ans maximum. Fièrement campée sur ses jambes, elle avait l'air de se demander pourquoi toute cette agitation, entre le proprio sourd en guerre contre la société et le clochard qui chantait, sifflait les passantes et réclamait 2 millions au postier/banquier depuis l'entrée.

Elle s'appelait Salomé et elle ressemblait à cette petite fille :

afrokid

Photo trouvée ici

Et puis, le clochard a posé ses yeux sur elle et, voulant certainement faire un compliment qui ne se voulait pas méchant le moins du monde, il a lancé : "Oh, elle est jolie la goulou-goulou." Blocage de la maman qui ne savait pas comment réagir, je me permets de remarquer que c'était très moyen, je la sens soulagée de recevoir un soutien mais très gênée. Il insiste : "Ben quoi, c'est vrai, c'est une jolie petite goulou-goulou. On a un, nous aussi, de goulou-goulou, mais il noir de chez noir, il est parti en cure."

Je ne pensais pas qu'on pouvait entendre ce genre de remarques d'un racisme archaïque aussi déplorable, à un âge aussi jeune. Savoir qu'elle en bouffera toute sa vie, c'est encore pire.

Ca me nique ma journée, appelez-moi Candide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kraby - dans Homard m'a tuer
commenter cet article

commentaires

Éric Pomme 28/06/2011 00:31



(savais pas si OB allait accepter que j'écrive tant, donc, j'ai préféré faire 2 comm's)


 


Mais, bref, ...


Ce que je veux t'expliquer, c'est qu'il y a une grande différence entre toi et moi, entre ta et ma manière de voir les choses.


 


Toi, tu avances comme "argument" que ce n'est pas parce que quelque chose se faisait/disait jadis que ça doit encore se faire/dire maintenant...


Et tu as raison...


 


Alors que mon "argument", c'est que si on ne connait que tels termes (qui existaient jadis ou qui existent dans une certaine couche de la population ou dans d'autres pays) et non pas d'autres,
bin, même si ça fait mal, même si c'est aujourd'hui (ou ici) politiquement incorrect, il faut excuser la personne qui a employé lesdits termes. A moins que ladite personne n'utilise les termes en
question intentionellement pour faire mal... Là, c'est une toute autre histoire...


 


 


"Madame Pomme" est française.


Je suis belge.


Sais-tu que, de temps en temps, aussi bien l'un(e) que l'autre, quand nous bavardons gentiment, nous utilisons parfois des mots, des expressions qui sont de véritables insultes pour l'autre ?


Parce qu'il y a trois cents kilomètres de distance entre elle et moi !


 


Il y a trente ans, j'ai eu une petite amie née en Belgique mais qui avait passé toute sa vie au Québec (et elle venait de rentrer en Belgique depuis même pas trois mois quand je l'ai rencontrée à
Bruxelles où nous bossions).


Si tu savais parfois les "insultes" que j'ai dû supporter ... alors que pour elle, c'était plutôt des mots gentils !


Et vice versa, apparemment, car je me rappelle que, de temps en temps, elle me disait que "ça ne se dit pas, ça, ce n'est pas poli !"...


Mais comment aurais-je pu lui en vouloir, si elle ne parlait pas exactement la même langue que moi ?


 


 


Bon, allez, hop, vais voir la température dehors (pour éventuellement ouvrir mes fenêtre) puis dodo (si pas trop chaud).


Bonne nuit !



Éric Pomme 28/06/2011 00:14



Bin, oui, mais le pauvre gars, lui, il en est peut-être resté à il y a trente ou quarante ans, quand le politiquement correct n'était pas encore arrivé en France...


Ça fait mal, ce qu'il a dit ?


Oui, peut-être...


Mais ne dit-on pas qu'il n'y a que l'intention qui compte ?


Ce n'est pas moi qui l'invente : c'est un proverbe français, c'est "le bon sens", c'est la "sagesse populaire" qui le disent...


 


 


 


Tu parlais de plaisanter sur plein de trucs (moi aussi) dont sur soi (bah, moi aussi, j'adore me foutre de ma gueule), et tu parlais des plaisanteries sur les gros...


Je suis gros...


Très gros...


Obèse (j'ai pesé jusqu'à 130kilos pour 168 cm et maintenant, je suis à moins de cent kilos pour toujours la même taille : je n'ai malheureusement pas grandi) !


 


J'ai bossé avec des gamins et des adultes handicapés.


Un jour l'un d'entre eux, croyant me faire plaisir (ça date d'il y a une bonne douzaine d'années, donc, apparemment, ça m'est resté...), m'a un jour dit que ce n'était pas ma faute si j'étais
gros (merci Frédéric : je me rappelle encore le prénom du jeune homme).


A l'époque, j'étais à 130 kilos, bin, je t'assure que ça ne fait pas plaisir d'entendre quelqu'un te dire ça comme ça (même dans le contexte).


Oui, c'est vrai, ça fait mal...


Mais, bon, il n'y avait que l'intention qui comptait, pour moi, et malgré la maladresse du gars, je l'ai remercié de son "compliment"...


 


 


Était-ce de sa faute, à Frédéric, est-ce de sa faute, à ce clochard, s'il ont été maladroits ?


 


 


Tiens, un autre exemple qui me revient à l'esprit. Et dans ce cas, le maladroit, ce fut ... moi...


Nous sommes dans les années 85.


Je sortais à l'époque avec une demoiselle.


A qui je fais un jour une belle et sympa déclaration d'amour.


La nana se redresse, livide, et me sort "ne me redis plus jamais ça".


Bon, je passe les détails, mais quelques jours plus tard, nous rompions.


 


17 ans plus tard, la fille fait des recherches et finalement me retrouve (elle est mariée et moi aussi).


Elle s'excuse de m'avoir traité comme elle l'avait fait.


Et elle m'explique : son père était incestueux (avec elle et 2 de ses 4 soeurs), et j'avais malencontreusement utilisé quelques-uns des mots que son père employait quand il la violait...


D'où sa violente réaction de dégoût...


 


Bah, oui, mais je ne savais pas (personne ne le savait, et elle a attendu que son père décède pour essayer de me retrouver et m'en parler)...


Ce que je prenais pour un compliment n'était pour elle que de la vulgarité, des insultes...


Mais est-ce ma faute si je n'ai pas utilisé les bons mots ? Mon intention n'était pas de lui faire mal !



Éric Pomme 27/06/2011 18:20



Racisme ou simplement un restant de "bonnes manières" ou éventuellement d'humour (noir ?) à peine obsolètes ?


Il n'y a pas si longtemps, peut-être du temps où le clochard avait une vie sociale "normale", "bougnoule" ou "nègre" étaient des termes courants et parfaitement admis dans le langage châtié (je
suis d'ailleurs en train de lire une séries de bouquins d'il y a quelques années que ça m'étonne que des en...foirés comme ceux de SOS-Racisme ou la HALDE n'aient pas encore demandé qu'on les
censure)...


Peut-être que le clochard en question n'a pas suivi la pseudo évolution de notre civilisation qui veut que ce qui se disait hier soit devenu politiquement incorrect aujourd'hui ?


Sincèrement, le bonhomme, il a peut-être juste voulu être gentil ?


Peut-être...


 


Et pitêtr' aussi que la prochaine fois qu'il fera chôôô, tu mettras une jupe au lieu d'un jean's ?


  Vivement la mode naturiste obligatoire pour tout le monde !



Kraby 27/06/2011 23:08



Ah, je m'attendais à ce genre de réaction... Oui, comme je l'ai écrit, je reste persuadée que le clochard a voulu faire un compliment et qu'il trouvait réellement la gamine chou.
Ce que je déplore, c'est le terme. Alors oui, je suis une des premières à aimer l'humour noir et cynique, à faire des blagues sur
les noirs, les vieux, les handicapés, le Petit Gregory, les gros, les maigres, les homos, les mères qui congèlent leurs gosses, car certes on peut rire de tout (et en premier lieu, de SOI) mais
encore faut-il savoir le faire. Les termes de bougnoule, nègre, jaune, pédé et autres bamboulas, non, ça reste pour moi des termes méprisants qui classent les gens dans des tiroirs et les
ramènent à état de chose ou d'animal tout juste bon à coller dans une cage. Je n'oublie pas le racisme anti-blanc évidemment. Alors comme pour tout, j'ai fait la part des choses, ce monsieur
voulait seulement être gentil, ça n'empêche que la gamine n'a pas compris et que sa mère a été blessée. On peut rire de tout, mais pas quand ça blesse les gens. Et franchement,
je ne considère pas, parce qu'il fut un temps, ces mots étaient politiquement corrects et faisaient partie du langage habituel et "normal", admis en société, que ça les rend légitimes.
L'esclavage a semblé normal, un temps. Battre les femmes, aussi. Cramer les juifs. Heureusement, il y a des choses qui changent dans le bon sens.


Et oui, je mettrai mes gambettes au soleil, la prochaine fois !!!



Kraby Krabette

  • : Le panier de crabes
  • Le panier de crabes
  • : Un peu de tout dans le même panier...
  • Contact

Recherche

Vieilleries