Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 11:12

* Dixit le charmant monsieur très poli.

Pas de Jeudi aime... aujourd'hui. Parce que Jeudi n'aime pas les cons.

Oui, mesdames et mesdames, j'ai ce matin eu affaire à la pire espèce de pourri qui puisse exister sur terre. Le mec, LE mec macho bien au chaud derrière son volant, qui se permet ce genre d'insanités sans pour autant avoir le courage de descendre s'expliquer.

Tout cela s'est passé très vite.

Le monsieur en question n'a pas apprécié de se retrouver derrière une petite voiture verte nommée Polette (ah, ma Polette, elle en a vu...) qui sortait joyeusement de sa place où elle avait passé la nuit et qui, comble de l'horreur cauchemardienne pour lui, était menée par un personnage de sexe féminin. Gosh. Comme le monsieur arrivait bien trop vite pour une petite rue Rouennaise panneautée à 30 km heure, il s'est retrouvé collé au derrière de Polette. Et comme il a voulu montrer clairement son mécontentement, il a décidé de rouler très très près des fesses de Polette, nous illuminant copieusement d'appels de phares particulièrement aggressifs.


 


Polette et moi-même n'aimons pas ce genre de comportement violent qui se veut impressionnant mais n'est en réalité que ridicule et surtout bien dangereux. Pour freiner les ardeurs de ce malotrus, nous avons pilé un coup, histoire de lui faire comprendre que trop près = dangereux, trop près = aussi accident et trop près = tout pour ta pomme si tu me rentres dedans, cher Monsieur. Il n'a pas du tout du tout aimé cet affront. Mais pas du tout. Il a donc continué sur quelques mètres pendant lesquels nous avons pris grand plaisir à respecter rigoureusement les 30 km heure. Et devant son aggressivité collante et crépitante de phares, nous avons sorti un joli petit doigt medium par la fenêtre.

Ainsi, ce fut la fin. Le monsieur est devenu tout vert, a déchiré son tee-shirt et s'est retrouvé tout ébouriffé en short violet dans sa camionnette. Hulk pas content, Hulk tout casser. Je m'égare.


Il y a eu un feu rouge. Je suis donc descendue car il criait des trucs de sa fenêtre. Je lui ai demandé ce qu'il se passait, quel était son problème. C'est là que le flot d'insultes qui avait sûrement démarré depuis le début, est parti tout fort. Des connasse et j'en passe, viens m'enculer, ben vas-y, viens m'enculer, pauvre conne, bouge la ta caisse où je te la défonce, etc. Qu'on menace ma Polette, ça me plaît pas trop. J'ai répondu à ce gentil monsieur que s'il roulait à 30 km heure comme ça doit l'être dans cette rue, il aurait vu mon clignotant et ne serait pas arrivé aussi vite derrière moi. Que quand bien même, il n'avait pas à se conduire de la sorte en me collant de si près et en me blindant d'appels de phares. Les autres voitures derrière s'impatientaient. Je suis donc remontée en voiture sous les injures de ce monsieur à la conscience très civique. J'ai fini par entendre un très joli "allez, va te faire baiser sale conne". Un jeune homme a entendu la scène et est sorti de chez lui en disant à ce monsieur qu'on ne parle pas ainsi à une femme. Mais j'étais déjà redescendue car j'avais mal entendu. J'ai demandé à ce monsieur pourquoi il me tutoyait alors que je le vouvoyais et ne lui manquais pas respect, et enfin s'il avait une maman qui l'avait élevé de la sorte, malpoli, irrespectueux et désagréable. Mais le monsieur devait aussi être sourd ou très frustré (l'un allant avec l'autre, selon les vieilles croyances) et les insultes n'ont pas arrêté, de même que les menaces, bien que toujours panqué dans sa camionnette. Quel courage, quelle prestance !

Impressionnant
.


J'ai fini par repartir par considération pour les pauvres gens qui se retrouvaient bloqués derrière nous. Mais j'aurais bien voulu aller plus loin avec lui. Le faire plier. En attendant, le gentil monsieur qui a pris ma défense a suivi la camionnette a pieds pour continuer à lui tirer les oreilles. C'était sympa mais j'avais quand même un peu peur que ça dégénère.


C'est bien la première fois de ma vie que je me trouve directement visée par ce genre de comportement macho. Je ne suis pas particulièrement pour la défense des femmes en tous points mais là je reconnais que certains de ces messieurs se croient tout de suite au dessus de tout et se permettent d'agir avec une incivilité, une aggressivité et une violence dont ils ne feraient absolument pas preuve devant un autre homme. Si j'avais été un homme, ce pauvre type dans sa vieille camionnette n'aurait pas pipé mot et se serait pissé dessus en me voyant descendre de voiture. Mais voilà, je suis une fille, et il aurait préféré que je pleure en le laissant m'affubler de tous ces jolis noms, au lieu d'ouvrir ma grande gueule pour lui faire fermer la sienne.

Ouf, j'avais besoin d'en parler !

Vous en pensez quoi, vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Kraby - dans Krabyniouze
commenter cet article

commentaires

UnAncienRouennais 25/11/2012 16:11


Tombé totalement par harsard sur ce vieux post d'un blog dont je ne sais s'il existe encore, je suis heureux d'avoir lu cela. Jeune enseignant, j'en ai ma claque de corriger des copies ineptes,
désespéré du genre humain, et quand je lis ce récit, je me suis mis à pouffer de rire en pensant à l'abruti de la camionnette comme nous en avons tant sur cette terre et comme Rouen, que je
connais très bien, peut en héberger. Cette espèce humanoïde aux cordes vocales au développement inversement proportionnel au taux de lâcheté, ne mérite que le secours d'un voisin attentif, ou
qu'un homme descende de la prochaine polette (bien que je doute qu'un homme appelle sa voiture polette..... j'ai bien prénomé la mienne un temps: pikachu) pour lui faire ravaler ses insultes.
Pauvre mère qui doit bien avoir honte de son crétin de fils !

Kraby Krabette

  • : Le panier de crabes
  • Le panier de crabes
  • : Un peu de tout dans le même panier...
  • Contact

Recherche

Vieilleries